Journal du défi : Les lois de la nature (2)

IMG_2600

Les lois de la nature

Journal du défi :

Les lois de la nature (2)

 

Voilà maintenant trois semaines que j’ai commencé le quatrième morceau pour le tableau « Les voix de la nature ».
Une fois les premiers accords posés, j’ai passé ces dernières semaines à les travailler à la guitare et les enchainer sur un rythme. C’est comme des petits bouts ficelles mis bout à bout, qui sont ces petits moments de mon existence où je peux me consacrer à cette expérience. A présent il faut trouver une mélodie pour le chant et y inclure les paroles que j’ai commencé à poser sur le papier…

Je suis seule dans ma « caverne » pour travailler entourée par les tableaux qui me regardent, il y a  Arthur, Kurt , Mick, David, les Têtes de Dingues et ….rien…..rien ne sort. Ils me regardent et je sens l’atmosphère s’alourdir, s’assombrir…. Seule, je suis seule face à moi même avec quelques conseils bienveillants qui m’ont été prodigués mais  pourtant me paraissent insurmontables, pour la pauvre chose que je suis. Comme une enfant j’aurais tellement voulu que quelqu’un soit là et me dise : « Aller ! j’ai confiance en toi je sais que tu vas y arriver ! » J’aurais voulu que quelqu’un croie en moi, et m’encourage dans ce que je voudrai faire de ma vie …..Mais rien. Il n’y a personne pour me soutenir, ça me rend triste. Je suis abandonnée à moi même avec cette sensation d’être seule dans le vide de l’indifférence. J’ai le vertige.
Au fond de moi je sais que je n’y peux rien, j’ai des blessures d’enfant qui ne guériront jamais. Je peux tenter de les apaiser, les soigner…

Sur cette toile, le diable me regarde aussi avec ses yeux luisants, son esprit tordu vient déformer la réalité. Il m’emporte dans son délire et me répète que tout ça est inutile et que je n’arriverai à rien, que je perds mon temps. Qu’il y a autre chose de mieux à faire, plus facile et plaisant, pour oublier. Il me siffle : «  Laisse tomber !  reviens sur terre».

J’ai mal à la tête, la douleur se resserre comme un étau sur mes tempes.
Oui il a raison, à quoi bon, c’est du temps perdu . Qu’est ce qui m’a pris de m’engager dans cette voie sans issue. Je croyais peut être que tout ça se déroulerai comme par magie, tout comme les enfants croient au père Noël.

Sans titre

Mon ombre me ramène à la réalité, celle qui me renvoie telle que je suis : une petite chose fragile qui a peur du vide, une misérable chose terrestre dépourvue d’ ailes, qui ne pourra pas s’envoler. Pourquoi s’obstiner ainsi?
Et ces tableaux, pourquoi les sortir ? Ils étaient bien au grenier, pourquoi les mettre à lumière ? Ce ne sont que de vielles croûtes sans intérêt? Le doute s’empare de moi et je sombre un peu plus.

Vouloir changer et s’envoler pour découvrir d’autres horizons, à quoi bon? Il y a un tas de personnes qui ne se posent pas de question et qui continuent à vivre ainsi. Cette détermination est parfaitement inutile et ne sert à rien. J’ai tout le confort dont j’ai besoin, faire des efforts supplémentaires, souffrir un peu plus, s’exposer, échouer et tomber. La fin est identique pour tous, c’est les lois du monde terrestre. La déception s’abat sur mes épaules et un sentiment de fatigue intense s’installe.
Pourtant au fond de mes entrailles une petite étincelle me dit tout le contraire, elle me dit que mon âme ne restera pas en paix. Comme une incantation  elle me chante : Exhume tes tableaux, offre les à la lumière, fais vibrer les notes dessus, mets de la vie : Existe !

 

monatelierbienetreartherapie.fr
Voilà qu’ une autre voie se dessine et m’invite à explorer de multiples possibilités, être au monde, faire des rencontres, renaitre à soi. Une intention subtile me pousse à continuer et agir à ouvrir mon coeur et grandir en sagesse malgré la douleur de l’enfance. C’est un appel vers une autre dimension, au-delà de ces sombres pensées. Un pas vers la lumière. Ma conscience reprend forme, se rassemble, se cristallise. Je ressens soudain une paix intérieure venir, un regard bienveillant, le mien, c’est mon Guide intérieur. Je l’accueille. Ouvrir d’autres portes devient alors possible. Il y a un toujours un risque d’avoir mal mais celui-ci fait place à l’expérience de la vie et l’expérience renforce l’esprit, ouvre le pas vers une autre liberté.

La vie est un processus permanent, une friction constante entre ce qui naît et ce qui meurt

Comme un rayon de soleil une idée me vient, puis une autre, j’ai enfin trouvé une issue possible. J’éclate de rire en écoutant mes explorations sonores improbables. Je m’amuse, j’essaye, j’explore, c’est mon enfant libre qui s’exprime.

Si nous faisions toutes les choses dont nous sommes capables, nous nous surprendrions énormément.

 

 

« L’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’univers d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir entre le royaume et les ténèbres. »

Jacques Monod

Il faut du temps pour laisser libre court à la créativité et certaines choses sont tout à fait imprévisibles, l’envolée se fait d’une manière tout à fait inattendue. Avec ces dernières trouvailles,   je commence à organiser un brouillon pour mettre en place les couplets.

A suivre…

Merci d’avoir lu cet article,

Vous pouvez liker, partager, faire des commentaires.

A très vite 😉

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 commentaire sur “Journal du défi : Les lois de la nature (2)

Répondre à Bruno Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *