« Au nom du Corps » Interview de Caroline GAUTHIER

 

 

Caroline GAUTHIER - copie

 

 

 

Bonjour et bienvenue sur le blog Mon Atelier bien être art thérapie

Je suis très heureuse de vous faire découvrir l’interview de Caroline GAUTHIER, Auteur du roman « Au Nom du Corps ». 

J’ai découvert le livre de Caroline lorsque j’ai démarré mon défi « Des chansons pour grandir, des chansons pour avancer »  dans le blog Mon Atelier Bien Etre Art-Thérapie. Lorsque j’ai commencé à publier  mes premiers tableaux pour le défi que je me suis lancée en septembre dernier  qui est  celui de composer une chanson par mois  à partir de 12 tableaux que j’ai réalisé, ce roman est arrivé jusqu’à moi, un peu par hasard conduit  par des liens invisibles…C’est  donc avec beaucoup de curiosité que j’ai acheté le livre et à partir du moment où j’ai démarré la lecture, je ne l’ai plus lâché ! Dans cette interview vous découvrirez l’histoire de Caroline et pourquoi j’ai été touchée par ce récit et les similitudes  surprenantes.

Cette interview a été réalisée en début de semaine via SKYPE. Je vous prie d’excuser la mauvaise qualité de l’image et du son parfois. Le réseau s’est montré capricieux ce jour là et nous avons eu de nombreuses  coupures et petits problèmes techniques. Je remercie encore Caroline pour sa disponibilité, sa patience et  sa compréhension.

 

 

J’ai l’immense honneur de recevoir Caroline GAUTHIER qui est l’auteur d’un roman à succès, un best seller intitulé « Au Nom du Corps« . Ce livre est un roman initiatique.

Biographie de Caroline GAUTHIER

Caroline GAUTHIER est passée du statut de cadre à celui de travailleur autonome et a vécu plusieurs bouleversements dans sa vie personnelle.

Auteur, conférencière, formatrice, elle intervient dans des grands groupes . Dirigeante d’un organisme de formation en management et communication « Hapy Terra formation », Caroline organise également des stages de développement personnel.
Odile DELCROIX :

Comment s’est passé le changement, comment avez vous vécu les choses et comment cela a démarré surtout ?

Caroline GAUTHIER :

J’étais avant dans une vie avec une certaine réussite sociale, mais qui n’était pas vraiment une réussite par rapport à ce que j’étais moi. Ce processus de la crise m’a fait connecté à ma vraie nature, qui j’étais vraiment. La crise m’a permis de me mettre en lien avec mes émotions avec mon « vibrant », mes élans, j’étais une femme très mentale.
Le point positif que j’ai vécu c’est de me mettre en lien avec ma nappe phréatique, avec ce qui grouillait à l’intérieur de moi. J’ai vécu tout ce processus de la crise qui m’a fait connecté les dimensions de ma vraie nature. Je me suis mise a écrire des poèmes qui ont fait succès sur internet et ce roman qui est devenu un succès depuis plus deux ans et demi. J’organise des stages également pour mettre en mouvement « comment je retrouve mon authenticité, mon unicité»

Odile DELCROIX :

Vous êtes passée du statut d’une femme « raisonnée  » , «  raisonnable «  à celui d’une femme pleine de sensibilité. Comment c’est passé cet « éveil énergétique »

Caroline GAUTHIER :

Oui ça c’est fait d’un coup, j’étais une femme raisonnée et raisonnable, très structurée avec un savoir immense « bac +12 » ! En fait ce qui ce passe, la personnalité est composée d’une part d’inconscient tout un univers sur lequel on a pas de prise, mais qui agit sur la personnalité. Chez moi il y avait 10% de la partie visible de l’iceberg et 90% qui était refoulée. Il y a eu, un craquement de cette nappe phréatique pour qu’elle re-connecte à « ma dimension ». Il y 90% qui revient à la surface d’un coup ! Il y a aussi ce monde des archétypes, ce monde où on a accès des « savoirs collectifs ». Ce monde là m’a connecté, il m’a un peu éclaté à la figure, mais heureusement j’avais une structure assez solide pour affronter tout cela. Ce processus est parfaitement connu et raisonné par des gens qui ont vécu une telle initiation. Mais moi au départ, c’est une épreuve, une douleur, une blessure qui a fait « explosé » cet iceberg. J’ai vécu cet espèce d’ éveil énergétique, accompagné par des « signes ». Je me demandais , mais « qu’est ce que c’est ces signes? d’ où ça vient » et j’en ai écrit un roman parce que c’était un cheminement assez extraordinaire.

Odile DELCROIX :
Cette montée d’énergie vous en avez fait quelque chose pour vous. Vous êtes passé par cet élan, qui passe aussi par le coeur pour transformer votre vie, changer de travail et tout remettre en mouvement vers le haut, pour faire quelque chose de très porteur de toute cette énergie.

Caroline GAUTHIER :
Je crois que quand on est en lien avec sa nature profonde, c’est forcément porteur. Toute une partie de ma vie j’ai lutté car je construisait un arbre qui n’était pas le mien. Forcément si vous construisez un « figuier » alors que vous êtes « une graine de pomme », vous allez lutter. La nature ne peut pas contribuer à quelque chose qui n’est pas vous. La crise était obligée, car je n’étais pas en lien avec qui j’étais. A partir du moment où vous vous mettez en lien avec qui vous êtes c’est pas forcément facile. Comme le lotus, les racines sont dans la profondeur de l’ombre dans un endroit où il y a de l’eau. L’eau c’est les émotions, où il y a du vivant, où il y a quelque chose qui grouille, mais c’est le terreau de ce que vous allez devenir.

Odile DELCROIX :

Mais ça fait peur aussi ce côté sombre ou les racines sont plongées, il n’y a pas de lumière et ça peut faire peur.

Caroline GAUTHIER :
Oui et c’est pour cela qu’il y a beaucoup de gens qui n’y vont pas. Dans tout processus initiatique, il y a un moment où on est plongé à cet endroit. Alors soit on le refuse et on peut y rester toute une vie, soit on l’accepte et on va voir ce qu’il y a et on va pouvoir y trouver toute la nappe phréatique et le terreau de ce qu’on va pouvoir devenir. Cela demande de traverser cet espèce de passage ombragé qui fait peur et si on met des protections face à ces peurs là, elles font qu’on va rester dans une zone de sécurité qui va nous endormir et même nous faire mourir à un moment. C’est un passage obligé et j’explique comment on traverse des choses ombragées, des choses qu’on a pas le droit et qui font peur. J’ai écrit ce livre avec la peur au ventre, car se montrer dans son authenticité c’est prendre le risque de se faire rejeter et de traverser la peur que les autres ne vont pas comprendre. Je suis issue d’un monde très cartésien et j’ai écrit un livre ésotérique, qui est un peu de l’ordre du « magique », j’avais toujours la peur qu’on me traite de « folle » , « d’illuminée ».
Ce qui est « fou » c’est quand j’ai traversé ma peur que j’ai été le plus « acceptée » par un nombre de personnes hallucinant.

Le message c’est vraiment traverser vos peurs, même si effectivement lorsque vous sortez votre graine, les gens vous regardent de travers, il y en a plein qui vont vous acceptez tel que vous êtes.

Odile DELCROIX :

Par rapport à la lecture du roman, ce qui m’a vraiment frappé c’est le lien avec mes tableaux, ces images, c’est quelque chose de fort. Je n’ai plus la date exacte votre roman, votre roman a été écrit en 2011 ? Et les événements ils remontent à quand ?

Caroline GAUTHIER :
J’ai écrit le roman en 2014, mais le vécu date de bien avant. Oui, il m’a fallut du temps pour intégrer tout ce qui c’était passé dans ma vie. C’est un roman qui retrace mon parcours, mais il est romancé et il m’a fallut dix ans pour écrire ça. En fait j’ai mis dix ans pour me dire : « je vais l’écrire ».

Odile DELCROIX :
Mes tableaux remontent à 2001, le roman n’existait pas. Je précise, car on pourrait dire : « elle a lu le roman, elle a fait ses tableaux… » et pas du tout. Il y a des tableaux, comme par exemple «  la dame en rouge » , Marie-Madeleine, les masques, le diable… je pourrais les montrer, mais ce n’est pas l’objet de l’interview…Ce qui m’a vraiment frappé, c’est qu’à chaque fois que je lisait une page et qu’il y avait ces images, ces archétypes, je me disait : « mais c’est pas possible , c’est incroyable. Il y a un décalage dans le temps, le livre , je le lis maintenant et les choses que j’ai faites il y a quinze ans tout ça se rejoint….c’est énorme ! Cette conscience collective elle existe bien, c’est indéniable, incroyable !
Caroline GAUTHIER :
Il y a énormément de gens, de femmes qui me témoignent exactement la même chose que vous. Ce livre arrive a un moment, qui retrace quelque chose et qui les mets en lien avec le même vécu. Il y a des similitudes qui sont très fortes. Moi même je suis allé sur le chemin de cette dame en rouge car, grâce a une autre femme qui a écrit sur cette dame en rouge …Tout est relié. Je crois que le cheminement de la femme, c’est de descendre dans ces profondeurs là et c’est l’archétype Marie Madeleine qui le permet. On a toutes, lorsqu’on est connecté, le même message, le même symbole, par rapport à ce qui a besoin d’être entendu par nous. C’est ça qui est fort.
J’ai énormément de témoignages de femmes qui me disent «  on dirait que vous avez écrit sur ma vie ». Il y a des balises sur ce chemin, c’est une initiation qui va vers qui on est vraiment. Chacun a une vie différente, mais il y a des balises qui peuvent donner des informations sur ce processus là. Il y a effectivement beaucoup de femme qui vivent cela et qui se retrouvent.

Odile DELCROIX :
Lorsqu’on en parle encore maintenant, ça me fait toujours beaucoup d’effet et ça me touche beaucoup.
J’ai un rêve : ça serait de pouvoir faire ce chemin que vous avez fait sur les lieux du roman, je sais que vous organisez un stage bientôt, en mai. Il y a un nombre de place limité, je ne sais pas si je pourrai le faire cette année, mais je compte bien le faire un jour. C’est quelque chose sur lequel j’aimerais mettre les pas ….

Caroline GAUTHIER :

Pour le stage, je l’ai mis en ligne il y a quinze jours et il  est déjà complet ! Ca va très vite, ces terres sont des terres où on rejoint un peu ce monde dont je parle. Je fais visiter des grottes, ce qui a une symbolique de la graine dans son terreau, après on grimpe des montagnes, on se baigne dans des sources d’eau chaudes, on s’assoit sur le fauteuil du diable, on fait plein de choses…c’est juste un processus pour comprendre ce qui est à l’oeuvre. Il y a des moments très forts sur ces terres là, moi j’y étais allée par hasard. Mais quelque part, il n’y a pas de hasard…On fait ce chemin là quand c’est prêt.

Odile DELCROIX :

Encore des petites choses : Sur les regrets que vous pourriez faire, d’abord est-ce qu’il y en a des regrets ? Ou est-ce que finalement, tout devait se passer comme ça, tel que ça s’est passé.

 

Caroline GAUTHIER :
Non je n’ai aucun regret, voilà j’ai une vie qui est assez remplie et même si il y a eu des crises absolument hallucinantes, le sens de la crise c’est de se mettre en lien avec sa nature. Il n’y a rien de mal, rien de bien, il y a juste être présent à ce qui se vit ce qui se passe à l’intérieur de nos corps. Qu’on ait une émotion négative ou positive, c’est du vivant, il n’y a rien a refouler. Quand on pense que c’est mauvais lorsqu’on vit un inconfort, cet inconfort là, il a vraiment sa raison d’être. C’est parce qu’on a pas écouté certaines choses, chaque mouvement, chaque crépitement, chaque tressaillement…..un coeur qui bat c’est un coeur en extension et en contraction. Si on refuse les contractions, on est pas vivant, si on refuse les creux comme dans le mouvement de la vague, on est pas vivant non plus. On a des mécanismes de défense face à des choses qui peuvent faire mal dans nos corps, alors que c’est vraiment la clé de l’ouverture. Quoi qu’il se passe il faut rester confiant et ouvert par rapport aux choses qui opèrent dans le corps. C’est essentiel d’être à l’écoute de ce qui est vivant à l’intérieur. Ce n’est pas parce qu’on dit que quelque chose est contracté que c’est à jeter, au contraire.

Odile DELCROIX :

Dans ce processus, il y a aussi des pertes, il faut savoir gérer ses pertes. On laisse derrière nous certaines choses auxquelles on croyait, auxquelles on s’était engagé. Savoir renoncer à tout ça c’est compliqué, il faut savoir les accueillir. Peut être qu’il y a des personnes qui sont là pour aider, mais ça reste compliqué.

Caroline GAUTHIER :
On ne peut pas vivre une notion sans vivre son contraire, c’est pas possible. On ne peut pas connaitre le plein si on ne sait pas ce que c’est le vide, on peut pas gagner si on ne peut pas perdre. Il y a un moment dans notre vie en tant qu’être incarné on est obligé de vivre des passages de solitude et c’est dans la solitude que l’on entend le son de Dieu. Si on est pas capable de faire le vide, on ne peut pas connaitre ce plein là. Dans la vie il y a un  « inspir »et un « expir », si vous refuser les « inspirs »vous ne pouvez pas expirer . On ne peut pas être un réceptacle, ou on va recevoir les choses dont on n’a même pas imaginé que ça pouvait exister. Dans la perte il y a un cadeau. Je ne veux pas dire qu’il faut toujours perdre, mais on ne peut pas toujours gagner, c’est comme cela que ça marche.

Odile DELCROIX :

Il faut savoir accepter ses blessures, parce que dans les pertes il y a de la douleur, de la souffrance et savoir les accueillir ça demande un certain état d’esprit. Accueillir ses blessures, les soigner, les reconnaître et en faire quelque chose de positif, c’est tout cela qui est mis en mouvement.

Caroline GAUTHIER :

Exactement, c’est vraiment dans nos blessures que l’on peut trouver nos plus grandes pépites, ça c’est sûr. Ca ne veut pas dire que l’on doit toujours plonger dedans …

 

Odile DELCROIX :
Pour les personnes qui vont regarder cette interview est ce que vous avez des conseils à apporter ou des suggestions, un message à transmettre.

 

Caroline GAUTHIER :
Ca dépend où ils en sont …déjà il faut être capable d’être en lien avec ses sensations, de sentir les vibrations . Beaucoup de gens et moi la première je ne sentais même pas ce qui pouvait me faire vibrer car j’étais « campée » dans le cerveau. Comprendre qu’il n’y a pas que le cerveau, qui est un organe noble, on a les tripes, le coeur et tout ce qui circule à l’intérieur du corps, si on est pas en lien avec ça on n’est pas en lien avec ce qui vibre. Aussi se rendre compte de ce qui est vibrant à l’intérieur et si on le suit le chemin de ce qui nous fait vibrer ce n’est pas le chemin le plus facile. Ce chemin demande de prendre des risques, il y a une image «  l’image du saumon qui remonte à la source » c’est difficile car il va aller à contre courant, il va remonter et rencontrer des embuches et c’est ça la vie, ce n’est pas un chemin bucolique. Ecouter ce qui nous fait vibrer dedans, c’est pas forcément un chemin facile, c’est un chemin risqué. Qui demande de dépasser des peurs, mais derrière la peur il y a des possibilités infinies qui sont même au delà de notre savoir et au delà de notre individualité. Il y a un moment où l’univers conspire avec nous. Moi il a conspiré contre moi quand je n’étais pas en lien avec mon essence, et à partir du moment où je me suis risquée à aller là ou je pouvais aller, mais parce que c’était trop dangereux et bien là l’univers n’a plus conspiré contre mais avec, voilà. Vraiment écoutez vos vibrations, suivez les et essayez de traverser toutes les peurs qui vous empêchent d’être vous même.

Odile DELCROIX :
C’est un super message d’espoir!! On ne peut pas attendre de mieux comme message!!

Je cite a nouveau le titre de votre roman :

« Au nom du corps » roman initiatique à lire absolument pour toutes celles et ceux qui s’intéressent un peu a eux, au développement personnel. C’est développement de soi qu’il s’agit, de devenir ce qu’on est dans sa nature profonde.

Caroline GAUTHIER :

Oui, c’est bien ça. Comment retrouver sa nature profonde lorsqu’on s’est un peu trompé et comment faire ensuite quand on essaye de la suivre. Car ce n’est pas tout de se reconnecter, c’est comment faire pour le rester.

Odile DELCROIX :

Un grand, grand merci à Caroline GAUTHIER, pour sa disponibilité, son naturel !!! J’ai hâte de vous rencontrer. Vous êtes un exemple de réussite, c’est de la bonne énergie, du vibrant, merci et encore merci !!! Gratitude

Merci d’avoir lu cet article,

Voici le lien vers le livre sur Amazon :

Au Nom du Corpsau nom du corps

 

 

Voici également le lien vers le site web  Au Nom du Corps de Caroline GAUTHIER :

http://aunomducorps.fr

 

 

Vous pouvez liker, partager et commenter

A très vite 😉

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
recherche utilisée pour trouver cet article,,fou caroline gauthier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *