Comment adapter le système éducatif au rythme de l’enfant ?

ecole

 

Le domaine de l’éducation est un vaste sujet qui aujourd’hui fait débat. Le constat des chiffres est éloquent et alarmiste. Le malaise  au sein de l’éducation ne date pas d’hier, mais malheureusement  les choses ne progressent pas dans le bon sens. L’école est devenue la préoccupation principale des parents avec son lot de questions parfois source d’angoisse sur le devenir  de leur progéniture. Il peut y avoir certaines attentes des parents et la conviction  que l’école va transformer leur enfant et qu’il va apprendre à être sage, qu’il va se calmer et s’investir dans son travail. En réalité bien souvent, c’est tout le contraire qui se passe.

L’école vient vous informer que votre enfant a des difficultés pour suivre en classe. Il ne s’agit pas forcément de problème de comportement  ou de discipline mais d’acquisitions des connaissances. Les enseignants s’adressent  à un groupe d’enfants ou d’adolescents, pas à un enfant en particulier. Et votre enfant peut avoir un rythme différent de la moyenne qui est le repère admis par l’école républicaine. Malgré  les connaissances scientifiques concernant le développement physique et les connaissances  des stades de développement cognitif et intellectuel de l’enfant depuis  plus de cinquante ans ces aspects ne sont pas suffisamment pris en compte. Les parents sont invités à prendre rendez-vous chez l’orthophoniste afin de faire un bilan et de mettre un place un suivi individualisé pour régler  le problème.

Le système scolaire  français selon laquelle  à une classe  d’âge correspondent un niveau d’enseignement et un programme  est à remettre en question. L’exemple  des pays scandinaves  où l’on pratique un suivi individualisé dès qu’une difficulté apparaît est très souvent cité. Aux Etats-Unis et au Canada  la classe est à certains moments divisée en groupes de niveau. En France même si aujourd’hui le redoublement  est rarement pratiqué  le système actuel n’est pas sans   conséquences  sur la confiance que  l’enfant  à sur ses propres capacités. Il est facile d’ envisager les répercussions  négatives sur  toute la scolarité  et sa vie futur  d’adulte .

 

atelier

 

La mise en place des nouveaux rythmes scolaires depuis quelques années (rentrée 2014-2015) n’a pas permis de manière  significative de montrer  une amélioration de la situation. Les problèmes rencontrés par les enseignants sont rencontrés également par le personnel qui encadre ces activités et notamment sur la question de l’autorité. Comment trouver la juste distance  entre la confiance indispensable à la relation pédagogique et la distance que suppose tout exercice d’autorité? Face à la violence présente aussi sur les récréations des maternelles, quelles sont les solutions?  Prendre le temps d’écouter de donner la parole à chacun pour trouver une solution, n’est pas forcément une tendance prise par les adultes qui souvent débordés aggravent la situation. Lors de la mise en place des nouveaux  rythmes scolaires  me suis personnellement investie dans cette mission pour tenter d’apporter aux enfants  les valeurs auxquelles je crois et  partager mes connaissances en matière artistique. Je me suis rendue disponible professionnellement  pour ce temps d’une après midi par semaine que je consacre entièrement aux enfants, c’est ma contribution. Les enfants m’apportent énormément et j’essaye de faire de mon mieux.

Quand les troubles sont trop importants et que la vie au sein du système éducatif classique n’est plus possible  une orientation spécialisée  sera proposée aux parents. Cette orientation peut être mal vécue car stigmatisante pour l’enfant et pour ses parents.  Malheureusement, même si chaque parent souhaite un enseignement idéal pour son enfant  qui prenne en compte ses caractéristiques, ses capacités et ses difficultés c’est impossible.  L’offre actuelle en matière d’éducation , écoles  à petits effectifs,  sections spécifiques, adaptée  manque encore de place, d’ouverture et de changement.

 

Comment respecter les lois naturelles de l’enfant ?

Je vous propose de découvrir le travail de Céline Alvarez autour de cette question. Céline Alvarez est étudiante en linguistique quand elle découvre les livres de Maria Montessori, qu’elle dévore. Elle a l’intuition qu’il faut reprendre, un siècle plus tard à la lumière des dernières découvertes des neurosciences, le fil des travaux du médecin et pédagogue italienne. Elle passe le concours de professeur des écoles en candidate libre et obtient de mettre en pratique sa méthode révolutionnaire dans une classe pilote, à Gennevilliers une « zone prioritaire d’enseignement » et « plan violence ». Les résultats sont si spectaculaires qu’ils attirent les plus grands spécialistes de l’éducation et des neurosciences. Mais le rectorat fait marche arrière, effrayé par l’ampleur de la remise en question de son enseignement et met un terme à l’expérience au bout de trois ans.
Céline Alvarez travaille actuellement à mettre à la disposition de tous cette « méthode de l’enfant », qui va révolutionner l’éducation des tout petits. D’abord sous la forme d’un site multilingue et gratuit (vidéos, articles théoriques, matériel à fabriquer), mais aussi dans un livre-événement à paraître à l’automne 2016 aux éditions Les Arènes.

https://youtu.be/x0xqqiboARs

 

Cette vidéo est réalisée par Maxime Camarena et Viktor Gourarier.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *