COMMENT SURVIVRE AUX ADOS n°1

ADOLESCENT

 

L’adolescence est une étape de la vie faite  de transformations irréversibles , de bouleversements et de façon radicale. C’est un mélange  de potentialités  et de difficultés  pour le jeune  qui  la traverse et pour sa famille. C’est une période emprunte de regrets ou de difficultés à grandir au point  d’en rechercher plus tard les rappels dans la vie  adulte. Ces adultes qui  peut être garderons en eux une part d’insouciance et d’espoir.

L’adolescence représente l’âge de tous les possibles

La  période de l’adolescence à des similitudes avec celle des trois  premières années de la vie, comme  la domination des émotions sur la capacité de raisonnement. A l’adolescence la communication par les mots est difficile, le langage est davantage  exprimé par le corps. Les liens développés à l’extérieur du cercle familial  sont très forts  et la séparation parfois très douloureuse. L’adolescence représente l’âge de tous les possibles, grâce au corps et à l’esprit en plein développement. C’est  aussi l’époque des premières fois, des choix et décisions qui sont des  tentatives d’affirmation de soi. Les parents ne représentent plus un idéal, celui ci sera cherché à l’extérieur. Pour les parents cette situation  de tensions extrêmes peut être la source d’épuisement psychologique ou physique. Le comportement de l’adolescent est ambivalent, à la fois il revendique un désir de séparation et un besoin d’attachement. Ce conflit interne et externe avec les parents est un passage qui mène  l’adolescent à construire sa propre identité.

Grandir est un acte agressif

Le langage du corps est important chez l’adolescent, c’est par lui que le mal être s’exprime. Il peut s’agir par exemple d’attaque contre lui, comme  les conduites à risques répétitives, automutilations ou troubles alimentaires. C’est aussi une façon de se confronter au sentiment de se « sentir vivant », de refuser d’admettre qu’il y a un danger ou une issue fatale :  la mort . Ces comportements dépressifs mettent à l’épreuve  bon nombre de parents. Il peut être très difficile parfois de ne pas sombrer soi-même. Winnicott  dit que « grandir est un acte agressif ». Ainsi dans l’adolescence il y a quelque chose d’agressif, de combatif. La liberté ne se donne pas, elle s’acquiert et se conquiert. L’effondrement des parents ne pourra pas servir l’adolescent , c’est leur capacité à survivre à la difficulté et à vivre pour eux même qui lui apportera le socle de sa vie d’adulte. C’est l’amour inconditionnel des parents  pour le jeune quelque soit les attaques  qui sera fondamental  et gommera les imperfections.

La famille  qui a un réseau  relationnel suffisant permettra à l’adolescent de  trouver des ressources à l’extérieur de la famille pour exercer des activités culturelles, sportives, artistiques ou autre…

L’adolescence se vit comme un exil

Le temps de l’adolescence est haché de joies immenses et de peines aussi soudaines que passagères dont la durée n’est pas connue. L’humeur  oscille entre la dépression et l’exaltation et le bout du tunnel n’est pas prévisible. Françoise DOLTO évoque l’adolescence comme quelque chose qui se vit à la fois comme un exil et comme une initiation au terme de cet exil. « Les sociétés anciennes tempéraient  l’angoisse  des jeunes en leur donnant à connaître  la limite de l’épreuve  concrétisée par les rites d’initiation. » Cette  initiation était en place  pour rompre l’isolement de l’adolescent. Il y avait un repère dans le temps pour son intégration à la vie du groupe, un début et une fin. « Ces initiations  ne sont pas précoces. En général , entre quatorze  et seize ans. Le conseil des anciens prend des marges raisonnables. Ce n’est jamais  douze ans, c’est plutôt  seize  ans et parfois c’est plus tard. »

L’adolescence est une période très riche si on laisse au jeune  prendre ses responsabilités sans le contester. Il ne s’agit pas forcément d’approuver mais  d’une relation de confiance réciproque. Aider le jeune à murir son projet et  faire preuve de patience, parfois il faut savoir se tourner vers des professionnels lorsqu’on se sent démuni ou soi même en difficulté.

Mon ado a des comportements à risque

 

Alcool, vitesse, sport… votre adolescent semble prendre des risques inconsidérés. A partir de quand faut-il s’inquiéter ? Quelle attitude adopter face à ces comportements ? Les conseils de Stéphane Clerget, pédopsychiatre et auteur du livre « Le guide de l’ado à l’usage des parents ».

Je vous propose en lien  une vidéo Doctissimo , le lien est indiqué en bleu :

Grandir – Mon ado a des comportements à risque
Doctissimo

https://www.youtube.com/watch?v=Pg-J18vUfew

 

 

Pour aller plus loin, voici la couverture du  livre de Stéphane Clergé que je n’ai pas encore lu. Je compte en faire un résumé dans un prochain article.

Guide de l'ado à l'usage des parents

« Le guide de l’ado à l’usage des parents » de Stéphane Clergé

 

A bientôt

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
recherche utilisée pour trouver cet article,,comment survivre aux adolescents,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *